Les Escapades Autour du Monde de David et Michou

Les Philippines, le retour (partie 1)

thumb_DSC03958_1024On se réjouissait de retourner aux Philippines. Avec plus de 7000 îles, on était loin d’avoir tout vu lors de notre premier tour du monde et puis, on allait revoir nos chers Ramon et Nathan, qui chacun nous avait si gentiment accueillis chez lui en Couchsurfing, 4 ans plus tôt. Entre temps, Nathan avait passé une semaine à la maison en Juin 2015. Et puis, on allait retrouver le soleil car durant les derniers jours à Taïpei on avait ressorti les doudounes et les bonnets. En arrivant à Manille, il ne faisait pas moins de 30°. On retrouvait cette ville irrespirable, suffocante. Rien n’avait chargé : toujours cette circulation de folie, des embouteillages sans fin, la pollution et la misère au coin de la rue. Ramon avait réservé, pour nous, 3 nuits à l’hôtel St Ilians car, avec sa carte senior, il pouvait nous avoir une réduction et puis, il craignait qu’on fasse le mauvais choix comme la première fois où on avait atterri dans un love hôtel avec des hôtesses habillées en ange à la réception. Cette fois-ci, pas de miroir au plafond, une chambre proprette mais sans réel charme. Après le St Illians, on passait une nuit chez Nathan thumb_IMG_4386_1024mais dès le lendemain à 10 heures pétantes, Ramon venait nous chercher. On quittait les quartiers populaires de Mandaluyong pour se rendre au « village ». Villa Verde 2 n’a rien d’un village même si, derrière ses hauts murs et, après avoir passé le contrôle de sécurité, les bruits de la ville semblent loin. On avait presque oublié cet autre Manille : les maisons cossues, les 4X4 rutilants, les bonnes qui promènent les chiens de leurs employeurs. . . Au 20 Rosas Street, c’était un peu la débandade, la dernière bonne était partie pour passer les fêtes de fin d’année chez elle et il était plus que certain qu’elle ne reviendrait pas. Ramon s’était mis au ménage, c’est dire ! On était le 24 décembre et il était prévu qu’on passe le réveillon dans les familles respectives de nos hôtes Ramon et Lory. thumb_IMG_4417_1024Le soir, on partait vers 19 heures pour aller chez la Ramon’s family sur les hauteurs de Manille. Il est de coutume que chacun amène un plat. Comme je ne voulais pas être en reste, j’avais préparé une salade de pâtes qui a connu un beau succès. C’était buffet et chacun mangeait dans un peu dans son coin. On n’a pas dansé, ce n’était pas la fiesta mais, les gens étaient très sympas et on a même eu droit à des cadeaux de Noël. Même si vers minuit, tout le monde se disait « au revoir », la soirée n’était pas terminée pour nous car on se rendait à la « gériatric party » dans la famille de Lory. Dans un « village » 3 étoiles vivaient les 2 tantes et l’oncle de Lory, un trio d’octogénaires (voire nonagénaires) plus ou moins mal en point. Il était de coutume que les enfants, neveux et nièces leur rendent visite le soir du réveillon. Sur les 3 ancêtres, l’oncle était encore à peu près « vaillant », même s’il avait des allures de momie et qu’il était sous oxygène. La tante n°1 était grabataire d’ailleurs, on ne l’a pas vue sauf David quand il a confondu la porte de sa chambre avec celle des toilettes. La tante n°2 avait un Alzheimer bien tapé et me confondait avec l’une de ses anciennes collègues de travail. . . Un vrai coup de vieux que j’ai pris ce soir-là !!! Bref, là non plus c’était clair, on n’allait pas danser. Mais, là aussi, on a eu droit à un super accueil. C’était buffet encore une fois et Lory avait embarqué le reste de ma salade de pâtes pour qu’elle soit terminée, faut pas gâcher. . . Le lendemain, on retournait à la maison de retraite du village 3 étoiles. Les petits vieux n’avaient pas bougé, toujours entourés de leur armada de bonnes et d’infirmiers. Les fêtes de Noël étaient terminées et on était pressés de s’envoler vers Palawan. Finalement, notre vol a été retardé de 2 jours à cause d’un maudit typhon. Damned !!! Pour passer le temps, je faisais la tambouille pour régaler ma petite famille philippine. Ça tombait bien, les talents culinaires de Lory étaient limités et la bonne n’était toujours pas rentrée. thumb_IMG_4420_1024Le 28 est enfin arrivé. Pour le réveillon du Nouvel An, tous les hébergements de bord de mer à Palawan étaient complets alors on avait jeté notre dévolu sur le « Love and Peace Jungle River Resort ». Jimmy, le patron, qui avait plutôt une tête et un accent à s’appeler Helmut n’avait sûrement pas pu trouver plus court comme nom. Mais, l’intitulé était plutôt proche de la vérité : on était bien dans la jungle au bord de la rivière mais le « Resort » c’était quand même un peu exagéré même si le bungalow était vraiment très joli avec la vue sur la rivière Maoyon et puis, la Helmut team était vraiment adorable. Pendant presque une semaine, on est restés coupés du monde. Nous sommes quand même allés voir la fameuse « Underground River » de Puerto Princesa. En faisant le bilan de cette journée, on s’est dit qu’on aurait finalement peut-être mieux fait de rester dans la jungle : plus de 3 heures à attendre qu’on puisse embarquer sur notre bateau n°78 (il fallait attendre que les 77 premiers soient partis) puis 1 heure de bateau pour finalement passer 50mn dans la grotte. Le 31 est arrivé et on a eu droit à un réveillon d’enfer avec l’équipe du « Resort ». thumb_DSC03761_1024Nous n’étions que 6 clients avec Andrew et Sofy, from London, et Romain et Fanchon, la croupière, from Ch’Nord. C’était buffet et Margarita à volonté et on a même eu droit à un feu d’artifices sur la « River ». Il fallait bien qu’on sorte de notre « jungle » et c’est avec stupéfaction qu’on a appris que nous étions des personnes recherchées. Eh oui, notre bien-aimée Carole, alias la fausse blonde alliée à Fred, notre Cristina Córdoba de la place Rihour, en l’absence de nouvelles, avaient lancé un – « SOS enlèvement » – via l’ambassade des Philippines à Paris. Le matin même, un escadron de G.I. philippins, armé jusqu’aux dents, avait fait irruption dans la guesthouse. Nous ne saurons jamais s’ils étaient envoyés par nos 2 belles ou simplement en manœuvre dans le coin.thumb_DSC03786_1024 Bref, on a rassuré notre petit monde et prévenu que notre étape suivante c’était une pseudo île déserte alors, niveau nouvelles il faudrait être patient. Après un trajet en bus local, nous sommes arrivés à Port Barton où nous avons embarqué pour l’ile d’Albaguen. À part, l’Island Tour en bateau pour faire du snorkeling, on a passé 4 jours à buller. La prochaine étape, c’était St Vincente. Dans cette station, assez réputée et chère, on avait trouvé les bungalows les plus économiques du coin, chez Ursula, et pour cause, des chambres franchement pourries et une plage cradingue, qui nous a laissé quelques souvenirs. Appelez-les comme vous voulez, ces bestioles minuscules vous pourrissent la vie : nik-nik aux Philippines, sandflies en Nouvelle-Zélande, nono aux Marquises. Nous en avons d’ailleurs gardé les marques pendant plus d’une semaine. thumb_DSC03984_1024On ressemblait à 2 poulets ébouillantés et plumés ; la peau rosée virant au rouge à force de se gratter avec un nombre incalculable de cloques. Malgré les anti-hystamiques, on devenait enragés. Autant vous dire que l’on n’a pas traîné sur cette fameuse « long Beach » de San Vincente. Qui va à Palawan, va à El Nido. Aussi, il fallait qu’on y aille et puis, on nous en avait tellement rebattu les oreilles. Et là, franchement, on a détesté cette ambiance backpackers sans le sou, biture et musique boum-boum, le défilé incessant des tricycles et la pollution. . . À croire que les paumés de Thaïlande, de Koh Phangam, s’étaient tous donnés rendez-vous là !!! On n’enlèvera pas la beauté des paysages mais le tourisme de masse avait quand même un peu pourri l’ambiance. La relation avec les locaux avait perdu de son authenticité : surenchère au niveau des prix des chambres, arnaque sur le prix des transports. . Bref, tout ce que le tourisme peut amener de négatif. Là non plus, on n’avait pas envie de s’éterniser et on a réservé une croisière de 5 jours/4 nuits d’El Nido à Coron avec nativ’exploration Palawan. Il a fallu patienter une journée supplémentaire à cause des mauvaises conditions météorologiques. De cette croisière, s’il ne fallait choisir qu’un qualificatif pour la résumer, je dirais « fabuleuse« . Ce n’était pas le grand luxe, on n’était pas sur le « Pacific Princess » et il n’y avait pas de piscine. La piscine, elle était tout autour de nous, la grande bleue avec des spots magiques pour le snorkeling : des forêts de coraux, des poissons multicolores. . thumb_DSC04059_1024Pour l’hébergement, c’était camping sur les îles (parfois désertes) ou nuit dans des petits bungalows sommaires. Les repas étaient dignes d’un restaurant étoilé au Michelin. thumb_DSC04079_1024Pour ne rien gâcher, nous avions un équipage et des compagnons de voyage bien sympathiques à part, peut-être les 2 jeunes idiotes, Céline et Manon, interprètes en langue des signes à La Réunion, qui entendaient recréer une ambiance fiesta à bord et qui, apparemment, ne supportaient pas le silence !!!! Arrivés à Coron, on retrouvait la foule mais rien de comparable à El Nido. On avait trouvé un refuge au « Purple Guesthouse », une petite chambrette proprette avec vue. On était entourés d’une équipe de choc avec Elgelyn et surtout Chouchou et Loulou, 2 ladies-boys adorables et plein d’humour.thumb_DSC04627_1024 Entre balades à moto pour aller voir les girafes sur l’île de l’ex-président Marcos à Caluit Island, Bali Beach, les sources d’eau chaudes de Makinit et un trip en bateau au large de Corong-Corong, 5 jours étaient passés et il était temps de rentrer à Manille en ferry pour poursuivre nos escapades philippines sur Luzon.

thumb_DSC04361_1024

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *